Presse

« C’est inévitablement à Arthur Grumiaux que l’on songe en écoutant Hugues Borsarello jouer Mozart… »

Diapason, septembre 2015